Aller à la barre d’outils
Le projet olympique de nos fillettes gymnastiques se profile.

Le 6 septembre 2021 la jeune athlète gymnaste Mbaiamdené Bonté a rejoint triomphalement les quatre autres filles déjà en formation à Madrid. En effet on se souvient qu’en début de l’année 2020, 7 enfants sportifs boursier de la Fondation Ramon Grosso pour les études et le sport étaient arrivés en Espagne pour la formation gymnastique, karaté et autres. Après 89 mois de formation en karaté les deux jeunes filles destinées pour cette discipline sont retournées au Tchad ainsi que le jeune garçon qui venait pour une expérience d’insertion sociale.

Depuis lors, les quatre autres filles, Achta, Anne-Marie, Cecilia et Grâce devaient continuer leur formation à Madrid. Une année après, la 5e, Bonté, est aussi arrivée. La jeune gymnaste commence donc sa formation sportive et scolaire avec les cadres votre fille est déjà présente à Madrid. Avec ce groupe de 5 filles se complète le programme de préparation pour les qualifications en gymnastique pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

La Fondation Ramon Grosso ainsi que le club de gymnastique de Pozuelo qui forment ces enfants est bien contente de l’arrivée de la petite Bonté. Les parents de d’accueil de ces fillettes sont aussi contents de voir que l’expérience se poursuit bien pour les fillettes qui sont déjà en formation.

Pour le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso c’est un grand motif d’action de grâce à Dieu. C’est aussi le lieu de souligner que l’humanité est une et qu’il est nécessaire de promouvoir les différentes initiatives pour l’amélioration des conditions de vie ainsi que les différentes possibilités de former les jeunes par une collaboration entre ceux qui ont les moyens et ceux qui sont dans le besoin.

Le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso voudrait donc être ce pont entre les cultures, ce pont entre les pays, ce pont entre les sports et les cultures, ce pont entre les autres pays du monde et le Tchad. Et si l’expérience avec les institutions espagnoles peut-être une expérience pilote pour la formation des jeunes pour qu’il soit demain des acteurs de la nation.

Peut être une image de 4 personnes, enfant, personnes debout et plein air

Pendant quelques années ces 5 fillettes vont se former comme gymnastes dans le club de Gymnastique de Pozuelo mais aussi elles vont étudier dans le collège catholique. En effet le ‘’Colegio de los Escolapios’’ est celui qui a accepté de former ces fillettes en adoptant une stratégie d’insertion pour ces fillettes dès le premier jour de leur arrivée. Aujourd’hui les fillettes sont si bien intégrées dans leur milieu scolaire et sociale que l’on les croirait avoir toujours vécu en Espagne. Il est vrai que les enfants s’adaptent bien vite aux conditions de vie qui leur sont offertes. Et surtout que ces conditions sont les plus optimales pour accomplir le projet olympique dessiné par la Fondation Ramon Grosso. Les 5 fillettes sont accueillies dans trois familles espagnoles, à Madrid, dans le district de Pozuelo. Tous les jours, elles ont des entrainements de gymnastique et les études. Leurs journées en semaine sont composées des heures de classes au collège et l’après-midi, au club pour les entrainements. En milieu de la journée, elles mangent à la cantine comme tous les autres élèves. Dans les après-midis, elles sont au club et leurs parents d’accueil viennent les chercher à la fin des entrainements. Le samedi est un jour de travail personnel pour réviser leurs leçons 2 heures d’entrainement au club. Le dimanche est un jour de repos. Bonne insertion pour ces enfants et un grand remerciement aux familles d’accueil ainsi que les collaborateurs de la Fondation Ramon Grosso qui ont rendu possible cette expérience merveilleuse que les filles elles sont en train de vivre mais aussi une préparation des acteurs de la construction de la nation tchadienne de demain.Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout et intérieur

Bon courage et sportivement, bonne semaine.

Entretien avec Leonie des Nations Unies
Voici une entretien Avec Léonie des nations unies et Francine Léonie Guelmadji, alias Léonie des Nations Unies, et une jeune artiste qui est présidente l’organisation « Miss Young Fashion ». Elle est étudiante en droit à l’université Emi Koussi de Ndjaména. Elle elle est une ancienne élève du collège jésuite de Ndjamena et est venue en ce jour visite au centre fondation Ramon Grosso il a accepté d’échanger quelques mots avec Francine et avec le père Camille Manyenan Nodjita, sj. Francine, Samira et Shalom sont des jeunes formatrices, élèves complexe scolaire Saint-François-Xavier et Notre Dame de l,’Assomption, danseuses chorégraphes font partie des filles qui collabore avec nous au Centre Fondation Ramón Grosso. Question: qu’est-ce que vous pensez des Centres Fondation Roman Grosso et quel conseil concret vous pouvez nous donner? LDNU: pour les activités du Centre je vous propose d’envisager des projets des spectacles pour les jeunes. Les activités comme le théâtre permettre de vite faire passer le message à la société. En plus des activités du théâtre il y aura des chants, de la musique et des danses. Les jeunes apprendre à faire reportage des activités, des animations et des concerts. Ils pourront le faire en utilisant les moyens de communication actuels comme la radio ou la télévision, les réseaux sociaux comme Facebook Instagram… Mais je crois aussi qu’il faut collaborer avec tous les jeunes fille et garçon qui sont intéressés par le spectacle et l’animation. Et comme nous avons ici avec nous Francine nous allons laisser la parole pour qu’elle dise ce qu’elle pense. Francine : bonsoir tout le monde. Tout ce que j’ai à dire c’est de rappeler que ici au Tchad nous avons encore beaucoup de choses à faire dans ce domaine dans vient de parler Léonie des Nations Unies. Nous avons à partager avec les autres nos connaissances certes mais surtout nous devons apprendre de des autres car nous sommes en retard sur bien de domaines artistiques. Par exemple pour les activités culturelles et sportives au Tchad, il faut encore beaucoup d’efforts des uns et des autres. Cesfrag: et nous allons terminer avec les propos de Samira et Shalom pour qu’elles nous disent un peu aussi ce qu’elles pensent. Shalom: bonsoir tout le monde je réponds au nom de Shalom Minguebeye. Nous sommes ici au centre pour former des filles gymnastique. En effet nous deux ici avec Samira faisons partie des filles qui comment bénéficier d’une formation en gymnastique en Espagne dans le club de gymnastique artistique de Pozuelo a Madrid. Comme Francine l’a dit, nous voulons faire avancer les activités sportives et ici au Tchad, bien qu’il y ait des gens qui ne prennent pas cela au sérieux. Samira: bonsoir à tous. Comme la gymnastique n’est pas une discipline sportive bien connue au Tchad, nous sommes engagées après notre formation en Espagne la travailler pour aider les jeunes à pratiquer cette discipline sportive de la gymnastique. Nous voulons le faire le faire reconnaître en tant que sport comme les autres. Comme nous avons suivi la formation en Espagne nous voulons partager nos connaissances avec les autres. Shalom: le sport permet d’avoir la bonne santé la bonne forme. Il faut souligner que le sport permet d’être en bonne santé. Il ne s’agit pas simplement de venir au centre fondation Ramon Grosso en pensant tu sais un centre ou les jeunes en la possibilité d’aller faire une formation en Espagne. Merci nous espérons que vous allez me rejoindre bientôt au Centre Fondation Ramon Grosso pour les différentes activités sportives et culturelles. Buenas tardes. Hasta pronto.
Les CESFRAG à Paris Congo Walia et Koundoul

Pour mieux aider aux initiatives d’éducation et des sports sous les inspirations des institutions jésuites laïques (Tchadiennes ou Espagnoles) pour une éducation aux valeurs combinant la scolarisation et les sports.

Les Centres Educatifs et Sportifs Fondation Ramon Grosso sont créés pour soutenir les sports et la scolarisation des jeunes tchadiens sans distinction de sexe, de religion ou de provenance sociale.

Vous trouverez sur nos trois sites, toutes sortes d’activités sportives et socioculturelles: football, basketball, judo, karate et gymnastique ainsi que la danse contemporaine.

a paris Congo au sein du Centre Loyola: judo, karate, gymnastique et la coordination des ecoles de football, basketball.

a Walia, en face de la Mairie du 9eme Arrondissement vous trouverez les lieux de sports de salles comme judo, karate et gymnastique et la coordination des ecoles de football et basketball.

à Koundoul, vous trouverez des lieux des sports comme le football, le judo le karate et la gymnastique.

Les fillettes gymnasites tchadiennes en formation à Madrid
Les filles Gymnastes tchadiennes Anne Marie Dounia, Achta Abdoulaye, Grâce de Dieu Founaigna, Cécilia Denemian sont les premières sportives qui se bat bénéficié des courses d’études. Elles sont en formation sportive au Club Gymnastique de Pozuelo…
Les Centres Éducatifs et Sportifs Fondation Ramon Grosso comptent bien répondre aux attentes de beaucoup de jeunes tchadiens…
Peut être une image de une personne ou plus et personnes debout
La naissance officielle du Club de Karate du CESFRAG

Lancement officiel du Club de Karate au CESFRAG

Le 17 avril dernier, nous avons eu la joie de vivre au sein du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso en présence du Président de la Fédération Tchadienne de Karaté et Disciplines Assimilées, Maitre Tchang. Etaient aussi présents à cette cérémonie, en plus du président de la Fédération Tchadienne de Karate, celui Gymnastique ainsi que des personnalités du monde du sport comme les responsables de formation de l’Institut National de la Jeunesse et Sport. Le président a tenu à remercier la Fondation Ramon Grosso au nom de la Fédération Tchadienne de Karate et Disciplines Assimilées, pour tous les efforts consentis pour promouvoir le sport au Tchad. Il promet de faire plus de publicité, de conscientisation de la jeunesse tchadienne pour les pratiques des sports et dont notamment le karaté, en utilisant pour cela, ‘’la plate-forme de la Fédération Tchadienne de Karaté et Disciplines Assimilées’’.

Depuis plus de 3 ans, nous avons commencé la collaboration avec le Club de Karaté Pozuelo dont le Président, Maitre Juan Carlos Manrique, a effectué un voyage de reconnaissance de nos activités en 2018. Il s’agit d’un autre style de karaté n’est pas pratiqué au Tchad. Ensemble avec le Club Karate Pozuelo, á travers le projet Karate in Chad, les autorités sportives tchadiennes, les amis du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso, nous avons commencé à implanter le club. Et le Club Karate Pozuelo a donné une bourse scolaire d’une année à deux filles du Collège Saint François Xavier pour aller se former dans ce style de karate, le Shito-Riu. Ainsi Deogratias Mboodi et Eliane Kangdega sont allées en formation à Madrid pendant 8 mois. De retour au pays après leur formation, le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso a ouvert des salles de formation en karaté pour qu’elles puissent initier la formation en Shito-Riu aux jeunes enfants des deux sexes qui se présentent pour faire le karate.

Le Club Karate Pozuelo a pourvu, pour cela, un équipement sportif fait de 40 kimonos marqués de l’effigie du Club madrilène de karate et le leitmotiv du projet : karate in Chad. En ce jour de la célébration officielle de l’autorisation de fonctionner accordée par la Fédération Tchadienne de Karaté et Disciplines Assimilées. Arborés de cette uniforme magnifique, les jeunes apprentis karaté ont accueilli ce samedi 17 avril 2021 Me Tchang (en rouge) venu personnellement ouvrir le Club de Karate Fondation Ramon Grosso au Centre Loyola de Paris Congo.

 

Sur l’image apparaît le Président de la Fédrération tchaduienne de Karate, Me Tchad, la jeune formatrice, karatéka Deogratias Mboodi. Elle a été formée (ensemble avec sa collègue Éliane) à l’école du maestro Juan Carlos Manrique du Club Karaté Pozuelo, au style séduisant karaté Shito-Riu.

Avec l’appui de la fédération tchadienne de karaté, par la voix de son président, Me Tchang, les parents d’enfants karatekas et les formateurs, nous voudrions former les jeunes et leur donner le gout du travail bien fait.

Vous êtes les bienvenus à nos clubs : « os ».

 

Éducation, sport et culture au CESFRAG

Dans la semaine du 10 avril 2021 le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso a organisé quelques séances de sensibilisation et de formation aux jeunes filles et garçons qui voudraient pratiquer du sport dans nos centres. Nous les avons réunis par groupe d’âge ou d’intérêt de discipline et les avons informés puis former sur ce domaine au sein de nos installations au Centre culturel Loyola. En effet depuis février 2021 nous avons installé notre bureau central pour les activités du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso au sein de ce centre au quartier Paris Congo dans le 6e arrondissement de la ville de N’Djamena.

Selon les manières de procéder des fondations espagnoles avec lesquels nous collaborons les sports et les études doivent toujours aller de pair. En effet, utilisant la logique du travail en concret de la Fondation Ramon Grosso et de la Fondation Real Madrid nous formons les jeunes dans les différentes écoles de sport à savoir le football, le basket, le judo, le karaté, la gymnastique et les différences arts et danses. Nous mettons aussi un accent particulier sur la sensibilisation des jeunes filles sur les risques d’abandon scolaire. En effet, il y a beaucoup d’enfants et surtout des jeunes filles qu’ils abandonnent l’école à l’entame de leur adolescence.

Les pratiques de sport et l’éducation sont les outils que nous utilisons au sein de notre centre pour aider les jeunes à regarder plutôt vers le futur au lieu de le sacrifier dans les options présentes qui pourraient être erronées si elles ne sont pas éclairées. Et notre rôle à ce niveau, justement au sein du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso, c’est d’aider les jeunes à faire de bons choix pour bien étudier maintenant dans leur école en même temps qu’ils pratiquent le sport chez nous mais aussi à bien orienter les efforts en vue d’opter pour les études supérieures qui leur permettront de se qualifier professionnellement et de s’insérer dans la société de demain.

Pendant ces moments-ci, nous avons mis un accent particulier sur la sensibilisation des jeunes filles contre le risque d’abandon scolaire et les risques de mariage précoces. Ce phénomène est assez récurrent dans les milieux villageois mais aussi dans les milieux périurbains. En ce sens, les quartiers périphériques comme Walia, Toukra et Koundoul sont les lieux où nous avons entrepris quelques actions de sensibilisation au profit des jeunes filles. Pour cela, nous les réunissons dans notre salle de formation au sein du centre Loyola à Paris Congo.

Voici notre manière de procéder : c’est une fois que nous avons bien informé les filles et garçons qui viennent demander s’insérer dans nos différentes disciplines sportives et nos différentes écoles de sport que nous les aidons à opter pour telle ou telle discipline sportive. En effet, il est arrivé que les jeunes, surtout à bas âge, ne sachent pas effectivement quel sport ils devraient pratiquer car souvent ils imitent les autres et viennent s’inscrire pour telle ou telle discipline. Des entraîneurs et des éducateurs que nous avons au sein de notre centre sont là justement en vue d’aider ces jeunes enfants à opter pour le sport non pas seulement qu’ils aiment mais pour les sports qu’ils peuvent pratiquer. En ce sens les enseignements répétées de notre directeur des sports Monsieur Emmanuel Nouar Alkali sont bien éclairants: « il faut aider les jeunes dès le bas âge à opter pour les sports qu’ils sont capables de pratiquer. Et notre rôle comme formateur c’est de les aider à acquérir les mouvements et les gestes initiaux, de base afin de mieux progresser dans la discipline qu’ils choisiront ».

Ainsi dit, lorsqu’un enfant se présente dans notre centre pour pratiquer un sport, les formateurs de sport et les éducateurs lui demandent d’abord s’il a pratiqué le sport au préalable est dans quelle discipline. Et en fonction de cela, ils les aident à mieux pratiquer le sport ensuite mais aussi étudier dans son école. Une des conditions, aussi, pour pratiquer des sports dans le centre c’est d’être inscrit dans une institution éducative primaire ou secondaire. Mais il arrive que certains enfants, pour des raisons sociales ou des handicapés quelconques, ne sont pas scolarisés. Au sein de nos centres, effectivement nous accordons une attention particulière à ces enfants afin de les insérer non pas seulement dans nos activités de sports mais aussi de scolarisation.

Les entraîneurs et les différents éducateurs de nos centres travaillent d’arrache-pied afin de permettre aux enfants handicapés de pratiquer le sport dans le centre. De fait, il y a déjà quelques enfants avec handicap qui passent au centre Loyola et nous les accueillons aux activités sportives et culturelles. Pour nous l’inclusion en toutes les activités et l’un critère distinctif et tous les entraîneurs, les formateurs et les responsables, nous travaillons pour que cela soit effectivement vécu à tous les niveaux de nos centres et à tous les niveaux de relations aussi bien avec les élèves qu’avec leurs parents.

Bonne semaine à tous.

 

Lancement officiel des activités du club de Judo Ramon Grosso.

En ce jour 3 avril 2021 le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso en collaboration avec la Fédération Tchadienne de Judo a lancé les activités de son club de judo au sein de Centre Loyola à Paris Congo dans le 6e arrondissement dans la ville de N’Djamena.

En séjour plusieurs les autorités sportives et administratives étaient présentes pour le lancement officiel de ces activités. Le président de la Fédération Tchadienne de Judo et quelques responsables de la Ligue de Judo du Chari Baguirmi étaient présents pour soutenir de leur ces activités sportives et la promotion des valeurs de cohésion sociale au Tchad. On peut retenir ces mots forts pleins d’engagement du président de la Fédération Tchadienne de Judo : ‘’la Fédération Tchadienne est à vos côtés, elle fera tout son possible pour accompagner la Ligue, les Clubs et tous ceux qui veulent contribuer au développement du judo’’. Quelques autres présidents des fédérations tchadiennes des disciplines similaires étaient présents: parmi ceux-ci nous signalons la participation du Président de la Fédération Tchadienne de Karaté et Disciplines Assimilées ; le Président de la Fédération Tchadienne de Gymnastique; quelques responsables de formation à l’Institut National de la Jeunesse et Sport (INJS) étaient aussi de la partie.

Le Président de la Fédération Tchadienne de Judo, Maitre Ahmat s’adressant aux judokas et invitant les autres enfants à faire du sport.

Mais nous avons aussi la participation de quelques autorités administratives et de celles de coopération internationale. De celles-ci nous signalons la participation de son Excellence Mme Sonsoles Ballesteros, Chargée d’Affaires a.i, Bureau de l’Ambassade d’Espagne à Ndjamena. La diplomate a même adressé quelques mots d’encouragement aux sportifs et aux autorités sportives présentes en ces mots : ‘’je voudrais seulement vous féliciter parce que j’ai vu un niveau très élevé de judo’’. Elle a notamment encouragé les fédérations des Sports à travailler pour développer la coopération avec les institutions espagnoles du sport et a même promis de travailler en ce sens pour faciliter les relations entre les institutions espagnoles : ‘’promouvoir les échanges entre la Fédération Tchadienne de Judo et la Fédération Espagnole de Judo’’. En effet, la jeune diplomate a affirmé clairement que ce serait ‘’bon de commencer à augmenter les échanges entre les deux pays [Espagne et Tchad] à travers le sport’’. Elle a aussi apprécié les talents des jeunes judokas et la diversité culturelle qu’elle a vue à l’œuvre à travers les danses chorégraphiques et las participations des jeunes pour ces activités du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso. Elle a encouragé ainsi à apprendre l’espagnol qui est enseigné au Centre Loyola.

Son Excellence Sonsoles Ballesteros, Chargée d’Affaires a.i., Bureau de l’Ambassade d’Espagne à Ndjamena.

Lors de cette célébration plusieurs anciens sportifs judokas étaient présents dont notamment la championne nationale de judo et quelques autres hauts médaillés du domaine. Et l’on a pu apprécier le talent des jeunes judokas en formation sur l’égide de Maitre Kabo et de Maître Éric. Maître Kabo a profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les jeunes qui voudraient pratiquer le judo à venir s’inscrire au club et bénéficier des formations.

Après quelques démonstrations de ces jeunes judokas, la cérémonie s’est terminée en début de soirée par une grande réjouissance pour les jeunes présents au Centre ce jour-là.

Le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso en ce jour a vécu donc un événement important et espère en offrir davantage pour les autres fédérations à savoir la fédération de karaté, la fédération tchadienne de gymnastique et les autres disciplines comme le football et le basket-ball qui sont déjà très actives dans les quartiers Moursal, Ardep Djoumbal, Walia et Koundoul.

Félicitations aux sportifs et bon courage. CESFRAG 2021.