\"\"

ECOLE DES PARENTS: POURQUOI CE PROJET ?

Si nous parcourons les différents écrits sur les difficultés du système éducatif, nous nous rendons compte que les responsabilités sont de plusieurs ordres :

-          un héritage colonial mal assumé (où les écoles disposaient des centres performants de formation des enseignants – Ecoles Normales - aujourd’hui, ces écoles ne remplissent pas leur devoir de bien former les enseignants) ;

-          le non suivi des élèves (les professeurs ne suivent pas les élèves après les classes) ;

-          les troubles politiques que connait le pays depuis de longues périodes ont conduit à des divisions et autres difficultés de confiance entre Tchadiens (les sessions de formation permanente aideront à surmonter ces difficultés toujours susceptibles entre enseignants) ;

-          les structures académiques insuffisantes ou inexistantes ainsi des enseignants peu nombreux, peu formés, peu qualifiés ;

-          la violence en milieux scolaires et sociaux qui entravent tout effort de construction de la paix au Tchad ;

-          les effectifs pléthoriques dans les établissements et des grèves des enseignants à répétition pour amélioration des conditions de vie ;

-          des désertions des lieux d’enseignement (écoles, lycées) ou des retards répétés dus aux difficultés de transport pour arriver á temps ;

-          Le peu d’encouragements, peu de définition rigoureuse du profil de la formation.

-          Donc le système éducatif tchadien ne satisfait pas toujours et il faut rechercher des voies et moyens de formation pour suppléer, tant soit peu.

De toute évidence, nous nous rendons compte que le système éducatif tchadien est perturbé, troublé et chacun des acteurs se doit de chercher des voies et moyens en vue de l’amélioration. En effet, la formation de l’homme vise le développement de la personne par des moyens variés dont le système éducatif (scolarisation). Ses caractéristiques distinctives sont l’organisation, la pédagogie, la performance, la compétence. Ses matières (objets) : le corps humain, le corps social, l’esprit humain, les cultures. Et ses lieux sont avant tout la société (foyer, structures religieuses, structures sociales), l’école (système éducatif académique), la rue (qui émerge au Tchad comme conséquence de la destruction des deux premiers lieux). Suivant la vieille tradition ignatienne de former l’homme, les acteurs sont les individus en formation (élèves), les enseignants-formateurs, la société (parents). Tous ces facteurs contribuant à la formation de l’homme se trouvent mal en point dans la société tchadienne actuelle.

Mais malheureusement face à ces défis de l’éducation au Tchad, nous constatons les paradoxes suivants :

-          Emergence de la rue, comme conséquence de la crise du système éducatif traditionnel dans les villages tchadiens : les foyers (maisons) qui étaient des lieux de formation et d’unité ont éclaté (donc l’autorité parentale réduite, des familles où les enfants ne voient que deux ou trois fois leurs parents dans la journée ; le phénomène filles-mères) ;

-          Absence des lieux de rencontres et d’échanges entre professeurs eux-mêmes et entre eux et les élèves : des habitats communs favoriseront ces contacts et lieux de formation complémentaires ;

-          La plupart des professeurs (enseignants du secondaire) habitent dans les quartiers périphériques de la ville de N’Djamena (Habena, Chagoua, Gassi, Farcha, Walia, Koundoul, etc.) où ils pourront faire profiter de leur formation à leur milieu de vie.

Tout cela nous interpelle et nous voulons proposer des solutions concrètes par les sessions de formation des enseignants et personnes travaillant au Collège. Les professeurs sont parmi les plus démunis de la ville.

En concret, il s’agit de proposer des sessions de formation en continue aux professeurs et autres travailleurs du Collège pour plusieurs raisons :

-          La zone d’implantation du Collège, la banlieue de Toukra, est à 25 km du centre ville et il n’y a pas de bibliothèque ou lieux de documentation matérielle, moins encore de formation pour les pauvres parents des environs ;

-          La nécessité de donner une éducation académique et formation humaine aux enfants scolarisés au Collège en tenant compte de notre époque ;

-          Le besoin de donner aux enseignants et collaborateurs de la communauté éducative des outils dignes de leur vie sociale (pour mieux donner une meilleure perception sociologique de ces éducateurs et transmetteurs de valeurs) ;

-          La nécessité de savoir utiliser les moyens de communications modernes, en particulier les ressources de l’Internet ;

-          Le bien fondé d’une équipe de professeurs soudés aussi bien intellectuellement, académiquement que sociologiquement ;

-          Le bien fait d’un accompagnement fait par les professeurs et autres collaborateurs au Collège qui est dans une zone semi-rurales ;

-          Le besoin de donner des envies d’apprendre de nouvelles sources de formations et d’informations aux professeurs et travailleurs du Collège qui pourront transmettre leur expérience éventuellement dans les autres collèges.

Mais toutes réalisations projetées font face à des difficultés financières devant lesquelles le Collège ne peut répondre tout seul. C’est pour cela que nous présentons ce projet de formation permanente des enseignants et collaborateurs, comme stratégie de réalisation du projet éducatif.