Aller à la barre d’outils
Éducation, sport et culture au CESFRAG

Dans la semaine du 10 avril 2021 le Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso a organisé quelques séances de sensibilisation et de formation aux jeunes filles et garçons qui voudraient pratiquer du sport dans nos centres. Nous les avons réunis par groupe d’âge ou d’intérêt de discipline et les avons informés puis former sur ce domaine au sein de nos installations au Centre culturel Loyola. En effet depuis février 2021 nous avons installé notre bureau central pour les activités du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso au sein de ce centre au quartier Paris Congo dans le 6e arrondissement de la ville de N’Djamena.

Selon les manières de procéder des fondations espagnoles avec lesquels nous collaborons les sports et les études doivent toujours aller de pair. En effet, utilisant la logique du travail en concret de la Fondation Ramon Grosso et de la Fondation Real Madrid nous formons les jeunes dans les différentes écoles de sport à savoir le football, le basket, le judo, le karaté, la gymnastique et les différences arts et danses. Nous mettons aussi un accent particulier sur la sensibilisation des jeunes filles sur les risques d’abandon scolaire. En effet, il y a beaucoup d’enfants et surtout des jeunes filles qu’ils abandonnent l’école à l’entame de leur adolescence.

Les pratiques de sport et l’éducation sont les outils que nous utilisons au sein de notre centre pour aider les jeunes à regarder plutôt vers le futur au lieu de le sacrifier dans les options présentes qui pourraient être erronées si elles ne sont pas éclairées. Et notre rôle à ce niveau, justement au sein du Centre Educatif et Sportif Fondation Ramon Grosso, c’est d’aider les jeunes à faire de bons choix pour bien étudier maintenant dans leur école en même temps qu’ils pratiquent le sport chez nous mais aussi à bien orienter les efforts en vue d’opter pour les études supérieures qui leur permettront de se qualifier professionnellement et de s’insérer dans la société de demain.

Pendant ces moments-ci, nous avons mis un accent particulier sur la sensibilisation des jeunes filles contre le risque d’abandon scolaire et les risques de mariage précoces. Ce phénomène est assez récurrent dans les milieux villageois mais aussi dans les milieux périurbains. En ce sens, les quartiers périphériques comme Walia, Toukra et Koundoul sont les lieux où nous avons entrepris quelques actions de sensibilisation au profit des jeunes filles. Pour cela, nous les réunissons dans notre salle de formation au sein du centre Loyola à Paris Congo.

Voici notre manière de procéder : c’est une fois que nous avons bien informé les filles et garçons qui viennent demander s’insérer dans nos différentes disciplines sportives et nos différentes écoles de sport que nous les aidons à opter pour telle ou telle discipline sportive. En effet, il est arrivé que les jeunes, surtout à bas âge, ne sachent pas effectivement quel sport ils devraient pratiquer car souvent ils imitent les autres et viennent s’inscrire pour telle ou telle discipline. Des entraîneurs et des éducateurs que nous avons au sein de notre centre sont là justement en vue d’aider ces jeunes enfants à opter pour le sport non pas seulement qu’ils aiment mais pour les sports qu’ils peuvent pratiquer. En ce sens les enseignements répétées de notre directeur des sports Monsieur Emmanuel Nouar Alkali sont bien éclairants: « il faut aider les jeunes dès le bas âge à opter pour les sports qu’ils sont capables de pratiquer. Et notre rôle comme formateur c’est de les aider à acquérir les mouvements et les gestes initiaux, de base afin de mieux progresser dans la discipline qu’ils choisiront ».

Ainsi dit, lorsqu’un enfant se présente dans notre centre pour pratiquer un sport, les formateurs de sport et les éducateurs lui demandent d’abord s’il a pratiqué le sport au préalable est dans quelle discipline. Et en fonction de cela, ils les aident à mieux pratiquer le sport ensuite mais aussi étudier dans son école. Une des conditions, aussi, pour pratiquer des sports dans le centre c’est d’être inscrit dans une institution éducative primaire ou secondaire. Mais il arrive que certains enfants, pour des raisons sociales ou des handicapés quelconques, ne sont pas scolarisés. Au sein de nos centres, effectivement nous accordons une attention particulière à ces enfants afin de les insérer non pas seulement dans nos activités de sports mais aussi de scolarisation.

Les entraîneurs et les différents éducateurs de nos centres travaillent d’arrache-pied afin de permettre aux enfants handicapés de pratiquer le sport dans le centre. De fait, il y a déjà quelques enfants avec handicap qui passent au centre Loyola et nous les accueillons aux activités sportives et culturelles. Pour nous l’inclusion en toutes les activités et l’un critère distinctif et tous les entraîneurs, les formateurs et les responsables, nous travaillons pour que cela soit effectivement vécu à tous les niveaux de nos centres et à tous les niveaux de relations aussi bien avec les élèves qu’avec leurs parents.

Bonne semaine à tous.